3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 12:45

Le Sénat entame ce mercredi (1er juin ndlr du blog) la discussion sur la proposition de loi visant à interdire l'exploitation des gaz de schistes.

Gaz de schistes, le retour. C'est en effet aujourd'hui mercredi que le Sénat entame la discussion en première lecture de la proposition de loi « visant à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique ».
En clair, à interdire d'extraire les fameux gaz des schistes en utilisant la technique de la fracturation hydraulique. Cette dernière consiste en l'injection à forte pression, de grandes quantités d'eau additionnées de produits chimiques et de sable très fin, afin de fracturer les couches rocheuses et d'en libérer les gaz qu'elles contiennent.
La proposition de loi a été adoptée par l'Assemblée le 11 mai. Sans les voix de la gauche qui, à l'unisson des écologistes, en critiquent son article 2. Ce dernier prévoit en effet d'accorder un délai de deux mois aux industriels, période qu'ils peuvent mettre à profit pour détailler la technique qu'ils comptent employer pour extraire les gaz et huiles schisteux des profondeurs. Or, selon de nombreuses déclarations, il n'existerait pas d'autres méthodes que celle de la fracturation hydraulique. Faut-il en déduire que l'interdiction de cette technique empêche l'exploitation de tout gisement ?  
Pas si simple. Certains experts aux ministères de l'énergie et de l'écologie, expliquent que « plusieurs recherches et études sont menées aux Amériques comme en Europe » visant à « moderniser» les technologies ». « Certes, elles n'en sont qu'au stade de l'expérience » précisent-ils, mais on peut citer la piste « de la fracturation pneumatique », qui consiste à remplacer l'eau par de l'air comprimé. D'autres recherches sont menées sur des systèmes de fracturation qui désagrègent les roches en leur faisant subir de violents chocs électriques. « Personne ne sait si ces méthodes sont efficaces ni rentables économiquement », tempère un membre du cabinet de la ministre du développement durable Nathalie Kosciusko-Morizet, mais « la fracturation hydraulique existe depuis 50 ans et n'est rentable que depuis 5 ou 6 ans » ajoute-t-il immédiatement.

S'il est certain que les techniques en gestation relèvent de la fracturation, « procédé incontournable si l'on veut libérer les gaz », elles échappent au modèle « hydraulique». Et par là-même, à la future loi.
Autrement dit, si l'injection d'eau à haute pression dans les sous-sols profonds est en passe d'être interdite, l'exploitation industrielle des gaz de schistes n'est, sauf à y renoncer pour des raisons politiques, économiques, voire les deux, nullement compromise en France.

Rémy Janin - 01/06/2011
http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20110601trib000626157/peut-on-exploiter-le-gaz-de-schistes-sans-fracturation-hydraulique-.html#[2]

Merci La Tribune, merci Monsieur Janin.
 Il est certain que d'autres méthodes de fracturations sont recherchées actuellement, la fracturation par "arc électrique" est notamment étudiée par un groupe de chercheurs français, il existerait un brevet "fracturation par l'azote" déposé aux E.U. ... Mais ce sera TOUJOURS par fracturation et c'est ce principe qui est néfaste puisque générant la sortie non contrôlée de gaz de roche mère ainsi que de certains métaux lourds, de radon ... qui se retrouveraient, un jour ou l'autre, dans les nappes phréatiques. Tout cela sans parler des micro séismes ...
La raison, le bons sens, nous appellent à stopper ce genre de recherches ; laissons le gaz de roche mère là où il est et intéressons-nous aux énergies moins dangereuses, les énergies renouvelables, l'Allemagne, l'Espagne ... nous tracent le chemin, suivons leur exemple.

Et un petit dessin de Cabu

cabu gds-232x300

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var
commenter cet article

commentaires

Agenda

 

------------------------------------
92 000 visiteurs sur votre blog !   

Rechercher

Collectifs locaux

Pourquoi et comment créer un collectif local ?
Christian Dépret 06 74 41 89 81
Michel Berthelot 06 62 46 88 67

http://docgazdeschiste83.org

La carte des collectifs locaux

Liste des  26 collectifs locaux  varois à ce jour

Pour joindre le collectif VAR

Pour renouveler votre adhésion, vous nous écrivez, n'oubliez pas de nous dire de quelle commune et quel département êtes-vous - Cela nous aide pour vous inviter aux réunions. Merci.


@mail :  nonaugazdeschiste83@gmail.com

Pierre : 06 33 44 10 02 
Christian : 06 74 41 89 81

 

Sur facebook :
gazdeschiste.collectif.var@groups.facebook.com


Blog, page d'accueil :

http://gazdeschiste-collectif-var.over-blog.com/

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog