Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 16:41

Les lobbies pro-gaz de schiste donnent de la voix !

C’est un fait que depuis quelque temps, les gaz de schiste reviennent sur le devant de la scène :

  • Dès mars 2012, le Groupe Schuepbach Energy avait contesté l’annulation par la loi de 2011 de ses 2 permis déjà accordés (Nant en Aveyron et Villeneuve de Berg en Ardèche) devant le tribunal administratif de Lyon et en avril 2013 a déposé une QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité) auprès du Conseil d’Etat. La contestation porte sur les articles 1 et 3 de la Loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique.
  • Le 22 mai 2013, le Conseil de l’Europe lors de son sommet à Bruxelles a indiqué son "intention d'examiner la question d'un recours plus systématique aux sources d'énergies "autochtones" pour tenter de réduire les coûts », ce qui ouvre une large porte au gaz de schiste, dont l’exploitation reste cependant encore du ressort des gouvernements nationaux.
  • Le 5 juin 2013, Laurence Parisot, présidente du Medef, a farouchement défendu l’exploitation de gaz de schiste en France lors d’un débat face à Delphine Batho, Ministre de l’Environnement.
  • Le 6 juin 2013, Christian Bataille (député PS) et Jean-Claude Lenoir (sénateur UMP) ont déposé un rapport parlementaire sur « les techniques alternatives à la fracturation hydraulique » dans lequel, en fait d’alternatives, ils proposent l’utilisation d’un liquide de fracturation non polluant actuellement utilisé dans 32 puits (sur plus de 500 000) aux USA.

Soulignons ou rappelons que :

  • Schuepbach Energy est également la société qui avait déposé la demande de permis de Brignoles, lequel, heureusement, n’a jamais été signé. Il y a cependant à craindre une nouvelle tentative dans notre région si, in-fine, Schuepbach obtient une quelconque victoire juridique, sur quelque point que ce soit.
  • La volonté de l’Europe de favoriser l’exploitation de gaz de schiste contredit d’autres volontés affirmées de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (très importantes à tous les stades de l’exploitation et utilisation de gaz de schiste), de préserver l’environnement et de protéger les ressources en eau (il faut 10 000 m3 d’eau par fracturation …). Comprenne qui pourra !
  • Madame Parisot prétend que l’exploitation de gaz de schiste serait bénéfique pour l’indépendance énergétique de notre pays, mais dans le même temps, elle indique que l’on ne pourra pas continuer à subventionner les énergies renouvelables …
  • Le rapport parlementaire constate que la fracturation hydraulique est la seule méthode utilisable mais omet de parler des pollutions induites par la remontée en surface d’éléments toxiques du sous-sol, même s’ils sont extraits avec un « liquide propre », oublie le problème de pollution des nappes phréatiques et ne pose pas la question de la dégradation en surface occasionnée par des forages tous les km !

    En Pologne, plusieurs compagnies ont jeté l’éponge, après que leurs forages n’aient pas donné les résultats escomptés et après avoir quelque peu malmené l’environnement au passage !

Une compagnie, Chevron, revient cependant sur un site qu’elle avait abandonné il y a 2 ans du fait de l’opposition farouche des paysans locaux. Affaire à suivre ! Les choses se passent plutôt brutalement…Voir : http://lorgues-veillecitoyenne.over-blog.com/gaz-de-schiste-pologne-la-r%C3%A9volte-des-paysans-de-zamosc

Par contre, en Allemagne, les brasseurs qui ont besoin de grosses quantités d’eau « propre » et consommable pour produire leur bière s’élèvent contre l’exploitation de gaz de schiste, très inquiets de voir de tels risques peser sur une de leurs matières premières indispensable ! La Chancelière, plutôt "pro-gaz de schiste" devra certainement en tenir compte ...

En France, on pourrait également voir les exploitants de stations thermales s’inquiéter également à la suite de ceux de Gréoux-les-Bains qui n’étaient pas chauds du tout pour qu’un forage se fasse dans le périmètre de leur captage d’eau avec les risques de pollution et de baisse de pression que cela aurait entraîné, les privant alors pour toujours de toute eau pour leurs activités (millénaires rappelons-le alors que « l’espérance de vie » de forages de gaz de schiste ou conventionnels sur de petites réserves est de 10 à 15 ans tout au plus). Le permis de Gréoux n’a finalement pas été accordé ; le poids économique de la station thermale a probablement joué un rôle dans cette décision.

Art. de Brigitte Grivet (Adm) mis en ligne par Christian Dépret (Adm).

Partager cet article

Repost 0
Published by gazdeschiste-collectif-var
commenter cet article

commentaires

+ de 112 000 visiteurs
+ de 700 articles
   sur votre blog !  

Rechercher

Collectifs locaux

Pourquoi et comment créer un collectif local ?
Christian Dépret 06 74 41 89 81
Michel Berthelot 06 62 46 88 67

http://docgazdeschiste83.org

La carte des collectifs locaux

Liste des  26 collectifs locaux  varois à ce jour

Pour joindre le collectif VAR

Pour renouveler votre adhésion, vous nous écrivez, n'oubliez pas de nous dire de quelle commune et quel département êtes-vous - Cela nous aide pour vous inviter aux réunions. Merci.


@mail :  nonaugazdeschiste83@gmail.com

Pierre : 06 33 44 10 02 
Christian : 06 74 41 89 81

 

Sur facebook :
gazdeschiste.collectif.var@groups.facebook.com


Blog, page d'accueil :

http://gazdeschiste-collectif-var.over-blog.com/