1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 18:02

LETTRE OUVERTE DES COLLECTIFS FRANÇAIS NON AUX PETROLE ET GAZ DE SCHISTE ET DE HOUILLE* en réaction à la signature prochaine d’une douzaine de nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures

 

A Madame Ségolène Royal,

Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

Hôtel de Roquelaure

246 bd Saint-Germain 75007 PARIS

 

Le 30 septembre 2014

 

Madame la Ministre,

 

Vos services terminent actuellement l’instruction de demandes d’attribution de plus d’une douzaine de nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux et examinent des demandes de renouvellement ou de prolongation de permis de recherche existants.

Tous les projets d’attribution de permis proposés aujourd’hui à la consultation publique sur le site de votre Ministère sont des permis ayant pour objectifs des hydrocarbures non conventionnels.

En 2009 et 2010, l’ensemble des documents déposés par les entreprises pétrolières, non seulement faisait état de leur savoir-faire en matière d’exploitation de pétrole ou de gaz de schiste mais de plus, évoquait sans ambiguïté la recherche d’hydrocarbures non conventionnels.

Certes, ces mêmes entreprises ont signé, depuis la loi Jacob de juillet 2011, un document par lequel elles s’engagent à respecter la loi en ne procédant pas à des fracturations hydrauliques.

Mais les objectifs géologiques n’ont pas changé

En 2010, la plupart de ces projets avaient des objectifs géologiques non conventionnels.

Par quel moyen, en 2014, ces objectifs non conventionnels sont-ils devenus conventionnels ?

Est-ce que la loi Jacob a la capacité de transformer la géologie ?

Lors des débats de la Commission spéciale de l’Assemblée nationale chargée d’examiner le projet de loi relatif à la transition énergétique, vous avez évoqué au sujet des hydrocarbures non conventionnels les "dommages graves en terme de santé publique causés aux riverains" et la "dégradation de l’environnement avec l’abandon des puits de gaz de schiste lorsqu’ils sont épuisés"

Concernant les demandes de renouvellement ou de prolongation des permis de recherche existants, plusieurs collectifs citoyens, ayant acquis une réelle expertise depuis 4 ans, vous ont adressé des courriers afin de vous alerter.

En 2007, vous aviez exprimé votre attachement à la parole citoyenne et à l’expertise citoyenne affirmant que "l’expertise citoyenne est précieuse si l’on veut prendre les bonnes décisions..." tout en précisant que les citoyens sont "les meilleurs experts de ce qu’ils vivent".

Pourquoi, Madame la Ministre, n’avez-vous pas donné suite aux différents courriers adressés par ces collectifs ?

Pourquoi n’avez-vous rencontré aucun de ces citoyens qui vous proposaient de partager leurs expertises concernant les renouvellements des permis de Mairy, Plaine d’Alès, Château-Thierry, Gex ou Moussières ?

Pourquoi n’avez vous rencontré aucun citoyen concernant les attributions de nouveaux permis (Calavon, Dormans, Gastins, etc ) ?

Sur Europe 1, ce dimanche 28 septembre, vous avez déclaré : "Pas d’exploitation de gaz de schiste tant que je serai là". Interrogée sur les déclarations de Nicolas Sarkozy qui se dit aujourd’hui favorable à l’exploitation du gaz de schiste, vous avez qualifié cette énergie de "bulle spéculative" qui "ne va rien rapporter du tout". Vous avez dit que "les experts américains en reviennent du gaz de schiste, d’abord à cause des dégâts environnementaux et ensuite parce que les entreprises ne referment pas les puits qu’ils creusent. Vous avez ajouté: "Tant que je serai ministre de l’Ecologie, il n’y aura pas d’exploitation de gaz de schiste en France. Tout doit être dirigé vers l’économie d’énergie et les énergies renouvelables."

Madame la Ministre, puisque vous avez connaissance des conséquences irrémédiables que provoquerait l’exploitation du gaz de schiste en France et que vous déclarez être contre, pourquoi vous apprêtez-vous à signer des permis de recherches d’hydrocarbures clairement identifiés comme hydrocarbures non conventionnels (dont les gaz et pétrole de schiste font partie) ?

Pourquoi avez-vous signé les mutations des permis de St Griède et Navacelles ?

Madame la Ministre, les collectifs citoyens français contre l’exploitation des gaz et pétrole de schiste et gaz de couche, vous demandent, instamment, de ne pas signer de nouveaux permis, de ne plus signer d’autorisation de prolongation ni de renouvellement de permis, de ne plus signer de mutation de permis exclusif de recherches d’hydrocarbures !

 

Citoyennement vôtre, les collectifs signataires*
 

Collectif du Haut-Bugey non aux forages hydrocarbures (01)

Collectif Non au gaz de schiste des Pays de l’Ain et de Savoie (01/73/74)

Collectif Carmen (02)

Collectif 07 Stop aux Gaz et Huiles de Schiste (07)

Collectif "Touche pas à mon schiste" (07)

Intercollectif Gardéchois (07/30)

Collectif Citoyen du Narbonnais Non Gaz et Pétrole de Schiste (11)

Collectif du Minervois (11)

Collectif du Grand Valentinois contre les gaz de schiste (26)

FRAPNA Drôme (26)

Collectif Basta!Gaz Alès (30)

CAMIS’GAZ - collectif de vigilance cévenole - permis «plaine d’Alès» (30)

Stop gds Anduze (30)

Collectif Hautes Cévennes (30)

Collectif Auzonnet, Cèze et Ganière (30)

Collectif Roquedur-Le Vigan (30)

Collectif Cigalois (30)

Collectif Garrigue-Vaunage (30)

Collectif "Non au gaz de schiste" de Béziers (34)

Collectif "Eco’lectif Degaze de Gignac et Environs" (34)

Collectif de Campagnan contre les gaz et huile de schiste (34)

Collectif "Non au gaz de schiste" d’Orb Taurou (34)

Collectif halte gaz de schiste littoral biterrois (34)

Collectif Montpeyroux (34)

Collectif Arboras (34)

collectif NGDS Canal Lirou - permis «Plaines du Languedoc» (34)

Collectif du bassin de thau. (34)

Collectif Montpellier Littoral (34)

Ensemble des collectifs Stop GHRM 38 (38)

Collectif stop au gaz de schiste du Haut-Jura (39)

Association "Stop au gaz de schiste-Non al gas d’esquist 47" (47)

Collectif viganais (48)

Collectif "Non gaz de schiste Florac" (48)

Collectif Causse Méjean – Gaz de Schiste NON ! (48)

Collectif Stop gaz d’hydrocarbures de Lorraine et d’Alsace (54/57/67/68)

Collectif houille-ouille-ouille 59/62 (59)

Collectif stop gaz de schiste 69 (69)

Collectif IDF Non au gaz et pétrole de schiste (75)

Collectif du Pays-Fertois (77)

Collectif Marne-Ourcq-Multien (77)

Collectif du Pays de Coulommiers (77)

Comité de Réflexion et d’Initiative - NONVILLE (77)

Collectifs 83 Non au gaz de schiste (83)

Collectif91 non au gaz et pétrole de schiste (91)

"Les Dindons de la Farce" (France)

Aldeah (France et Amérique Latine)

*Collectifs citoyens opposés à l’exploration et à l’exploitation des hydrocarbures « non conventionnels », à la fracturation du sous-sol, aux forages extrêmes et appelant à une véritable transition énergétique pérenne).

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Lettres aux Ministres
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 15:15

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Pétitions
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 23:31

DRAGUIGNAN

MAISON DES SPORTS ET DE LA JEUNESSE
(derrière l’office du tourisme)
 

VENDREDI 10 OCTOBRE

19 h.

Réunion publique

Vidéo/débat
 

« T A F T A »

(Grand Marché Transatlantique)

 C’EST QUOI ?

Organisation : collectif Stop Tafta 83    -    http://stoptafta83.over-blog.com/

 

TAFTA (1) ou GMT (2) ou PTCI (3)

(1) TAFTA : Trans Atlantic Free Trade Agreement (Accord de Libre Echange Transatlantique).
(2) GMT : Grand Marché Transatlantique.
(3) PTCI : Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement.

Autant de sigles méconnus du grand public qui désignent le « Grand Marché Transatlantique » négocié depuis le mois de juillet 2013 dans le plus grand secret entre l’Union Européenne et les Etats-Unis d’Amérique et sur lequel le Parlement européen devra prochainement se prononcer.

Il est urgent d’alerter la population et de dialoguer avec les élus locaux sur les dangers potentiels d’un tel accord de libre échange.

Ce sont les objectifs que s'est assigné le collectif « Stop TAFTA 83 », collectif - composé de citoyens, d’associations, de syndicats et d’organisations politiques - que nous venons de créer.

Nous voulons ouvrir les portes derrière lesquelles se cachent dirigeants européens et américains pour faire aboutir un projet non demandé par les peuples.

Ce projet de Grand Marché Transatlantique viserait à donner un souffle nouveau à un système en crise en créant le plus grand marché mondial de circulation de marchandises et de capitaux. Mais cette mesure n'est qu'un palliatif supplémentaire qui, une fois de plus, ne résoudra pas les problèmes de fond.

Vous comprendrez le pourquoi du lien entre Gaz de schiste et TAFTA, vous poserez vos questions, vous recevrez de la documentation ... en participant à la réunion publique (vidéo-débat) du vendredi 10 octobre à Draguignan (cf affiche ci-dessus).

Merci, à bientôt.

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Agenda
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 13:43
Grand Merci au Conseil général d'avoir confirmé dans l'édition d'octobre de "Var Mag" son refus des gaz de schiste.
Grand Merci au Conseil général d'avoir confirmé dans l'édition d'octobre de "Var Mag" son refus des gaz de schiste.

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Les réactions de nos élus varois
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 18:48

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Paroles et décisions ministérielles
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 12:20

Extrait de http://www.reporterre.net/spip.php?article6344     Philippe Desfilhes (Reporterre)  24/09/2014

Le Québec avait été le premier pays grâce à un fort mouvement citoyen, à bloquer l’expansion du gaz de schiste. Mais le nouveau gouvernement libéral a adopté au cœur de l’été un réglement qui ouvre grandes les vannes de l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste.


Une cinquantaine de maires et de mairesses se sont réunis samedi 20 septembre à Saint-Edmond-de-Grantham, petite commune du centre du Québec. Ils ont protesté contre ce qu’ils considèrent être un passage en force du nouveau gouvernement très libéral de Philippe Couillard, élu Premier ministre au printemps 2014. Celui-ci a édicté le 14 août un nouveau règlement sur l’eau qui ouvre toutes grandes les vannes à l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste sur leurs territoires.

Ce meeting avait pour objectif de mobiliser l’opinion publique et de demander officiellement à David Heurtel, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte aux changements climatiques, d’amender le texte pour autoriser les communes à être plus restrictives.

 

Les élus font front commun

« Je n’ai jamais vu autant d’unité et de détermination de la part de ces élus communaux pour protéger leur eau potable. Certains ont même évoqué la possibilité d’une poursuite judiciaire contre le gouvernement pour ne pas avoir protégé l’eau avec son règlement-bidon », indique à Reporterre Richard Langelier.

Ce docteur en droit est l’un des principaux initiateurs du règlement dit « de Saint-Bonaventure », du nom de la première commune qui l’a adopté en décembre 2011, avant d’être imitée par une centaine de municipalités, dont plusieurs étaient présentes à Saint-Edmond-de-Grantham.

« Cette réglementation sur la protection de l’eau permet aux élus de tenir à distance les compagnies gazières et pétrolières », explique Lucie Sauvé, directrice du Centre de recherche en éducation et formations relatives à l’environnement et à l’éco-citoyenneté de l’Université du Québec à Montréal et coordinatrice du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec.

 

Une réglementation qui freine le processus...

Le texte impose en effet une distance séparatrice de deux kilomètres, et jusqu’à six dans certains cas, entre les têtes de puits pétroliers, gaziers et miniers et les sources d’eau potable. « Cette distance s’applique bien entendu aussi aux extensions horizontales utilisées pour exploiter le gaz de schiste », précise Lucie Sauvé.

Une ville de 15000 habitants, la ville de Gaspé, et le petit village de Ristigouche, tous deux en Gaspésie où ont été découverts des gisements de pétrole et de gaz de schiste, sont emblématiques de cette lutte contre les compagnies pétrolières.

« À Gaspé, Pétrolia a foré des puits de pétrole à 350 mètres des puits artésiens d’eau potable des résidents ! À Ristigouche, Gastem avait obtenu une autorisation d’exploitation. Les travaux ont été stoppés dans ces deux communes par l’adoption l’an dernier du règlement de Saint-Bonaventure, relate Richard Langelier. Les affaires sont devant la justice canadienne. »

 

... détricotée par le gouvernement en faveur des compagnies

Car à Ristigouche, Gastem réclame 1,5 millions de dollars canadiens de dommages et intérêts aux 168 habitants. Pour faire face aux frais de justice, ceux-ci ont lancé un appel à financement populaire (lire l’encadré ci-dessous) qui fait le tour des réseaux sociaux.

Mais depuis le 14 août la donne a changé. En vertu de la loi canadienne le « Règlement provincial sur le prélèvement des eaux et leur protection » prévaut et remplace celui de Saint-Bonaventure. « Il retire aux municipalités toute compétence sur les puisements d’eaux réalisés sur leur territoire, si ces puisements sont faits dans le cadre d’une exploitation gazière ou pétrolière », regrette Richard Langelier.

C’est de facto la fin du moratoire qui s’était installé car le nouveau texte est en faveur des hydrocarbures. « Le gouvernement n’a pas voulu écouter les experts indépendants et prendre en considération les études hydrologiques et biologiques réalisées notamment en Pennsylvanie », se désole Lucie Sauvé.

Il ramène notamment la distance de séparation entre les puits d’extraction et les sources d’eau potable à … 500 mètres. Et il n’est fait nul part mention des extensions horizontales des puits alors qu’il introduit une série de règles portant spécifiquement sur la fracturation des roches mères.

« Le gouvernement de Philippe Couillard peut autoriser par amendement certaines communes à rendre le texte plus sévère mais il ne le fera pas sauf peut-être dans certains cas, lorsque l’exploitation du pétrole et du gaz n’est pas très favorable », prévoit Richard Langelier.

 

Consensus politique sur la "pétro-économie"

Les défenseurs de l’environnement québécois ne se font guère d’illusions. « Sur la question des hydrocarbures, les élites politiques des trois principaux partis (le Parti libéral du Québec de Philippe Couillard, le parti Québécois de Pauline Marois qu’il a remplacé au pouvoir et la coalition Avenir Québec, NDLR) sont en phase avec leurs homologues anglo-saxonnes », indique Lucie Sauvé.

L’Ouest du pays a déjà basculé dans la « pétro-économie », particulièrement dans la province de l’Alberta où sont produits, à partir de sables bitumineux, des gaz et des pétroles particulièrement polluants. Au Québec, si des premiers forages ont eu lieu au début des années 2000, l’industrie du pétrole n’a pas eu le temps de s’installer.

 

« Le mouvement a été empêché par la résistance citoyenne mais aussi par la chute des prix du gaz au Etats-Unis », reconnait l’universitaire. La pression est redevenue très forte, notamment en Gaspésie, le sol de cette péninsule baignée par les eaux du fleuve Saint-Laurent étant particulièrement riche en pétrole et gaz de schiste. « Depuis le début des années 2010, les compagnies pétrolières font de nouveau du forcing », dénonce Richard Langelier.

 

À l’assaut du Québec

Plus de trente nouveaux puits ont été creusés dans la région située entre Murdochville et Grande-Vallée. Et deux mégaprojets pétroliers inquiètent énormément les défenseurs québécois de l’environnement.

La compagnie TransCanada a annoncé son intention de construire l’oléoduc « Energie Est ». D’une longueur de 4 600 kilomètres, le pipeline transportera plus d’un million de barils de pétrole brut par jour depuis l’Alberta jusqu’à Cacouna dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent.

« À Cacouna, avec la complicité du gouvernement provincial et malgré les enjeux écologiques majeurs, les promoteurs ont amorcé les premiers travaux pour un port en eau profonde pour l’exportation de ce pétrole », indique Lucie Sauvé.

 

Une compagnie française participe à l’exploitation du sous-sol québécois...

L’autre concerne l’île d’Anticosti. Ce joyau du golfe de Saint-Laurent pourrait être à terme percé par plus de dix mille têtes de puits - on parle d’un gisement de 46 milliards de barils.

« C’est un projet à très haut risque. Le pétrole et le gaz sont emprisonnés dans la roche mère. La seule possibilité, c’est la fracturation hydraulique et comme les ressources en eau de l’ile ne sont pas suffisantes il faudra utiliser du gaz naturel pour cette fracturation », explique Richard Langelier.

Fin mai 2014 le gouvernement Couillard a donné son feu vert pour des activités de forage dits « exploratoires » sur l’ile et depuis la fin juillet les moteurs des foreuses sont en marche. L’exploitation des réserves d’Anticosti a été confiée à un consortium qui regroupe Pétrolia, le gouvernement Québécois et la société française Maurel & Prom.

... et prépare la prochaine exploitation du gaz de schiste en France

« Cette société française a intérêt à venir expérimenter sur une île québécoise de nouveaux procédés d’extraction de pétroles et de gaz de schiste. Elle pourra plus tard dire en France, où les réserves en eau ne sont pas suffisantes pour une exploitation à grande échelle du gaz de schiste, qu’on sait le faire très proprement et sans danger avec du gaz naturel », analyse t-il.

Plus tard ? Très bientôt si l’on en croit Richard Langelier qui suit de très près les questions que soulève l’exploitation du gaz de schiste en Europe. « Après le quinquennat de Mr Hollande et lorsque Mr Sarkozy sera revenu au pouvoir, le gaz de schiste sera très vraisemblablement autorisé aussi en France », estime le spécialiste québécois.


LE COMBAT DE RISTIGOUCHE : QUAND UNE MULTINATIONALECLAME 1,5 MILLIONS À UN VILLAGE DE 168 HABITANTS

Vendredi 19 septembre 2014, 82 000 dollars canadiens avaient été récoltés sur le site de campagne lancé par Ristigouche. « C’est encore très insuffisant au regard des frais de justice qui s’élèvent à 250 000 dollars (5,5 fois le budget annuel de cette commune de 168 habitants) sans compter qu’en cas de victoire de Gastem les dommages et intérêts pourraient être de 1,5 millions de dollars », s’indigne Lucie Sauvé, coordinatrice du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec.

Les avocats de Ristigouche dénoncent une tentative d’intimidation dont le seul but serait aussi d’empêcher d’autres communes d’adopter le règlement dit de Saint-Bonavanture pour se protéger des appétits des pétroliers.

« À mon avis Gastem n’a aucune chance dans cette affaire car la bonne foi de la commune qui cherche à protéger l’approvisionnement en eau de ses habitants est manifeste », considère le juriste Richard Langelier.

On ne saurait en dire autant de Gastem : dirigée par un ancien ministre libéral, la société pétrolière a revendu ses droits d’exploitation à Pétrolia et n’a plus aucun intérêt économique en Gaspésie. Le mauvais procès qu’elle fait à Ristigouche n’en est que plus scandaleux !

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Actualités
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 19:30
Nous vous signalons cette cyberaction : http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/urgent-relance-imminente-permis-rec-823.html qui répond à l'offensive tous azimuts du gouvernement au niveau de l'attribution projetée de nouveaux permis. Voir liste complète ci-dessous. Tous ces permis sont soumis à consultation du public sur le site du MEDDE.
 
On s'accroche ...
 
Permis de Tartas sur le département des Landes.
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a766.html  

Permis de Rouffy-Estheria dans le Bassin de Paris.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a765.html  

Permis de Dormans952 km2 dans les départements de l’Aisne et de la Marne

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a764.html  

Permis de Cézy-Dicysur les départements de l’Yonne et du Loiret.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a763.html  

Permis de Calavon sur le Vaucluse

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a762.html  

Permis de Chambrey sur le département de la Moselle.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a725.html  

Permis de Gastins sur le département de la Seine-et-Marne.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a726.html  

Permis de Marne sur les départements de la Haute-Marne, de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle et des Vosges

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-attribution-de-permis-a728.html  

Permis de Herbsheim sur le département du Bas Rhin.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projets-d-attribution-de-permis-a727.html  

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Permis
commenter cet article
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 09:01

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Permis
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 12:54

La Confédération Paysanne du Var, l'ADEAR (Association pour le Développement de l'Emploi Agricole et Rural), Solidarité Paysans, Alliance Provence (les AMAPs), organisateurs de l'évènement, et le Collectif STOP TAFTA 83 vous invitent à une conférence-débat sur le traité de libre échange transatlantique (TAFTA) en présence de José Bové, député européen et ancien porte-parole national de la Confédération paysanne.

Rendez-vous le 20 septembre 2014, à l'Espace René Autran, à La Roquebrussanne (83).
 
Un stand NON AU GAZ DE SCHISTE sera votre point de rencontre.
Tous à La Roquebrussanne, demain, samedi 20 septembre, pour la Fête de l'Agriculture Paysanne.

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var - dans Agenda
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 12:41

Voici le texte de la pétition:

A l’attention de tous les responsables locaux, nationaux et internationaux:
Les scientifiques nous préviennent que le changement climatique pourrait s’accélérer au point de devenir incontrôlable, menaçant notre survie et tout ce que nous aimons. Nous vous demandons de maintenir la hausse des températures en dessous du seuil dangereux des 2°C, en réduisant progressivement à zéro la pollution liée aux émissions de dioxyde de carbone. Pour parvenir à ce résultat, vous devez de toute urgence conclure des accords locaux, nationaux et internationaux réalistes afin de faire basculer nos sociétés vers des énergies 100% propres d’ici à 2050. Cette transition doit s'effectuer de manière équitable en venant en aide aux personnes les plus vulnérables. Notre monde mérite d’être sauvé et c’est maintenant qu’il faut agir. Pour tout changer, nous avons besoin de tout le monde. Rejoignez-nous!


Signez en un clic ici:

https://secure.avaaz.org/fr/100_clean_final/?bSYPpdb&signup=1&cl=5872753513&v=46156

Qu’il s’agisse de la ‘bombe au méthane’ de l’Arctique, de l’acidification rapide de nos océans ou d’inondations apocalyptiques, le changement climatique est la plus grande menace pour l’humanité et nous avons besoin de la plus grande pétition jamais lancée pour y répondre. Si nous atteignons un nombre record de signatures, le résultat de cette pétition sera annoncé publiquement à tous les dirigeants réunis lors du sommet de l’ONU. Il sera repris par des centaines d’articles de presse et par toutes les Journées d’actions du monde entier.

100% d’énergies propres, c’est un objectif réaliste. 20% de l’électricité mondiale provient de sources d’énergies propres et l’énergie solaire est moins chère que le charbon dans bien des pays. La seule chose qu'il nous reste à faire, c’est de convaincre nos leaders d’accélérer le mouvement.

Nous sommes en train d’organiser la plus grande mobilisation pour le climat de l’Histoire. Des centaines et des centaines de Journées d’actions locales sont déjà prévues pour le 21 septembre et des centaines de milliers de personnes ont annoncé leur participation. Mais tous ces évènements doivent converger vers un seul but: remettre notre pétition à nos dirigeants. Parlez-en tout autour de vous et rejoignez-nous - signez la pétition en un clic ci-dessous:

https://secure.avaaz.org/fr/100_clean_final/?bSYPpdb&signup=1&cl=5872753513&v=46156

Nous sommes tous différents et magnifiques dans notre diversité. Mais qui que nous soyons, où que nous vivions, le changement climatique met en péril ce que nous aimons et c’est ce qui nous réunit aujourd’hui. Rassemblons-nous maintenant.

Avec espoir,

Ricken, Danny, Lisa, Judy, Alex, Iain et toute l’équipe d’Avaaz

PS - Toutes les signatures comptent. Ajoutez votre voix à notre appel ici en un seul clic: https://secure.avaaz.org/fr/100_clean_final/?bSYPpdb&signup=1&cl=5872753513&v=46156

POUR PLUS D’INFORMATIONS:

Un climatologue déclare publiquement que la planète est fichue! (Gizmodo)
http://www.gizmodo.fr/2014/08/07/climatologue-declare-publiquement-situation-catastrophique.html

L’UE dépasse ses objectifs climat pour 2020 mais reste divisée pour 2030 (Reuters - en anglais)
http://uk.reuters.com/article/2014/05/14/eu-carbon-idUKL6N0O06BG20140514

L’article le plus important sur le changement climatique reste encore inconnu du plus grand nombre (Inside Climate News - en anglais)
http://insideclimatenews.org/news/20140213/climate-change-science-carbon-budget-nature-global-warming-2-degrees-bill-mckibben-fossil-fuels-keystone-xl-oil?page=show

Inondations, tempêtes et vagues de chaleur en 2050: comment les présentateurs météo imaginent le changement climatique (Reuters - en anglais)
http://www.reuters.com/article/2014/09/01/us-climatechange-idUSKBN0GW2OT20140901

Changement climatique: il serait pire que prévu (Sciences et Avenir)
http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20140822.OBS6919/changement-climatique-il-serait-encore-pire-que-prevu.html

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2013/07/25/006-methane-etude-nature-impact-economique-ecologique.shtml

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2013/07/25/006-methane-etude-nature-impact-economique-ecologique.shtml

Partager cet article

Published by gazdeschiste-collectif-var
commenter cet article

Vendredi 10 octobre - 19h
DRAGUIGNAN
MSJ (derrière l'Off du Tourisme)
Réunion publique
Vidéo/Débat

TAFTA - GMT
C'EST QUOI ?

Il y sera question du lien TAFTA/Gaz de schiste
Venez nombreux

+ de 99 000 visiteurs
+ de 600 articles
   sur votre blog !  

Rechercher

Collectifs locaux

Pourquoi et comment créer un collectif local ?
Christian Dépret 06 74 41 89 81
Michel Berthelot 06 62 46 88 67

http://docgazdeschiste83.org

La carte des collectifs locaux

Liste des  26 collectifs locaux  varois à ce jour

Pour joindre le collectif VAR

Pour renouveler votre adhésion, vous nous écrivez, n'oubliez pas de nous dire de quelle commune et quel département êtes-vous - Cela nous aide pour vous inviter aux réunions. Merci.


@mail :  nonaugazdeschiste83@gmail.com

Pierre : 06 33 44 10 02 
Christian : 06 74 41 89 81

 

Sur facebook :
gazdeschiste.collectif.var@groups.facebook.com


Blog, page d'accueil :

http://gazdeschiste-collectif-var.over-blog.com/

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog